Tag Archives: loi d’état d’urgence

“Par demande populaire” maréchal Tantawi Président!

Des affiches au Caire et à Alexandrie soutiennent le maréchal Tantawi, et lancent d’ores et déjà la campagne présidentielle. Le maréchal ayant affirmé qu’il ne comptait pas se présenter, il s’agit effectivement d’initiatives individuelles.

La date des élections présidentielles a beau rester très floue (mars, avril, mai 2012), et Tantawi a beau avoir récemment affirmé qu’il ne briguerait pas la présidence, des affiches à son effigie sont quand même apparues. Le maréchal des armées Tantawi est le chef du Conseil suprême des forces armées, autrement dit le chef du Conseil militaire qui gouverne l’Egypte pour la période de transition.

Le Conseil suprême des forces armées a très mauvaise presse auprès des Egyptiens qui suivent de près la politique. En effet, sa gestion de la période de transition laisse à désirer. Son rôle est normalement de protéger la population. Or la population a plutôt à se plaindre du Conseil, que ce soit à cause de ses actions ou de son inaction.

Les activistes arrêtés pendant des manifestations qui s’échauffent un peu, ou parce qu’ils ont critiqué l’armée, ont toujours le privilège d’être jugés devant des tribunaux militaires. La loi d’état d’urgence est en effet toujours en place.

Le pouvoir devrait bientôt revenir au Parlement élu, qui sera lui-même l’auteur de la prochaine Constitution, laquelle définira la nature du régime à venir (parlementaire, présidentiel, etc) et permettra aux élections parlementaires d’avoir lieu. Certains s’inquiètent d’une prolongation de la période de transition: la Constitution ne sera pas rapide à écrire et les élections présidentielles auront peut-être lieu très tard. En attendant, l’exécutif resterait entre les mains du Conseil suprême des forces armées (et du gouvernement de transition, certes).

Lorsque des Coptes ont été attaqués, pour diverses raisons et à divers endroits au cours de l’année, l’armée n’a réagi que faiblement et n’a pas empêché le bilan d’être funèbre. Le Conseil argue du fait que ses moyens sont limités et que l’armée ne peut pas être partout. Enfin, lors de la manifestation pour les droits des Coptes le 9 octobre, les forces de l’armée, de la police et/ou de la Sécurité centrale ont attaqué les manifestants et ont fait plus de 25 morts.

Plus tôt dans l’année, l’armée avait déjà fait preuve de violence en dispersant les manifestations, notamment celle des officiers du 9 avril. A chaque fois, évidemment, elle nie toute implication et rejette la faute sur une tierce partie., des étrangers ou des suppôts de l’ancien régime.

Les taux de crime ont paraît-il augmenté, parce que la police ne fait pas plus son travail qu’avant, voire moins, et les voleurs s’enhardissent, tandis que les criminels libérés pendant la Révolution ne sont pas tous retournés derrière les barreaux. La police militaire est débordée ou négligente.

Ajoutons à cela les multiples demandes de la Révolution qui n’ont jamais été entendues, et qui ne peuvent peut-être pas l’être tant qu’un gouvernement élu n’est pas en place : réforme des ministères, de l’éducation, plus de justice sociale par l’intermédiaire d’aides, de redistribution, d’augmentation des salaires, d’embauches, etc.

On comprend que la cote de popularité du Maréchal ne soit pas au zénith.

Pourtant, il est vraisemblable qu’il jouit d’un certain soutien, ne serait-ce que parce que beaucoup ne suivent pas attentivement la politique ou se contentent des informations des chaînes télévisées d’Etat, qui font sensiblement preuve de la même allégeance au pouvoir en place et à l’armée que pendant les décennies précédentes.

Popular demand for Stability (in red); above: Popular campaign for the Marshal as President; Demande populaire de stabilité (en rouge); Campaigne populaire pour la candidature du Maréchal comme président

Début octobre, le Maréchal s’était promené en habits civils dans le centre du Caire, montrant benoîtement sa capacité à endosser un autre costume… Un tollé avait fait écho à cette initiative pour le moins osée, et commentée avec bienveillance par les chaînes de télévision d’Etat. Le Maréchal avait alors affirmé qu’il n’avait pas l’intention de se présenter comme candidat. Le Conseil suprême des Forces armées assure régulièrement que l’armée est mal à l’aise avec son rôle politique et souhaite rendre le pouvoir aux civils au plus vite, même si beaucoup d’activistes ont des doutes à ce sujet.

Certes, le maréchal est un ancien homme de confiance de Moubarak et bénéficie de la sympathie populaire qui va généralement à l’armée. Mais il est réellement vieux et malade, et l’échelle de la campagne n’est pas (encore) impressionnante. Cette initiative est curieuse mais ne semble pas augurer du futur de l’Egypte.

Advertisements

Leave a comment

Filed under armée, élections présidentielles, Conseil suprême des Forces armées, Egypte

L’armée a-t-elle trahi la révolution?

Par Nadéra Bouazza (contributrice)

Plus de sept mois après le départ d’Hosni Moubarak, le pouvoir militaire serre la vis.

«L’armée et le peuple, une seule main», scandaient les Egyptiens pendant les 18 jours de soulèvements qui ont conduit au départ du pharaon Moubarak. Sept mois après, l’enthousiasme est moins grand. Vu comme une force conservatrice et contre-révolutionnaire, l’armée essuie de vives critiques, notamment son chef, le maréchal (“mushir”) Mohammed Hussein Tantaoui.

lire la suite sur slate.fr

Leave a comment

Filed under armée, Conseil suprême des Forces armées, opposition, révolution

Après Moubarak, la télé marche encore au pas

Par Nadéra Bouazza (contributrice)

Nombre d’Egyptiens redoutent le conservatisme du Conseil suprême des forces armées, notamment envers les médias. La transition déçoit et la lenteur des réformes est imputée à l’armée.

On prend les mêmes et c’est reparti pour un tour? Le Conseil suprême des forces armées, d’abord perçu comme le garant de la révolution égyptienne et des demandes émanant de la place Tahrir, est dorénavant la cible de vives critiques. D’autant plus que les méthodes utilisées rappellent étrangement celles utilisées sous l’ère Moubarak, notamment à l’encontre des médias. L’état d’urgence réactivé, les journalistes craignent d’être à nouveau muselés.

 

lire la suite sur lexpress.fr

Leave a comment

Filed under Conseil suprême des Forces armées, liberté de la presse, loi d'Etat d'urgence, révolution