Tag Archives: tribunaux militaires

Egypte: lettre d’un prisonnier politique

Alaa Abd El Fattah, un célèbre blogueur égyptien, est incarcéré depuis dimanche 31 octobre, pour quinze jours. Par principe, il a refusé de s’exprimer devant un tribunal militaire. Un journal égyptien publie la lettre qu’il a réussi à transmettre à sa femme.

Abdel Fattah est issu d’une famille d’activistes et avait déjà été emprisonné en 2006 pour avoir soutenu le mouvement des juges. Il est cette fois-ci accusé d’ “avoir invité à la violence envers l’armée” : il l’a accusée, accusation qui, au vu des éléments dont les médias disposent en ce moment, paraît fondée, d’avoir réprimé la manifestation du 9 octobre pour les droits des Coptes.

Il a également critiqué la gestion des événements du 9 octobre: des chars de l’armée ont clairement écrasé des manifestants. Il a également mis en doute la légitimité de l’enquête sur l’identité des conducteurs et ses snipers,  ainsi que sur les circonstances: elle doit en effet être menée par l’armée elle-même…

Dans la lettre qu’il adresse à Manal, sa femme enceinte, publiée dans le Shorouq et traduite en anglais dans le Guardian, il se montre atterré par la période de transition que traverse l’Egypte.

“As soon as they learned I was one of the “young people of the revolution” they started to curse out the revolution and how it had failed to clean up the ministry of the interior. I spend my first two days listening to stories of torture at the hands of a police force that insists on not being reformed; that takes out its defeat on the bodies of the poor and the helpless.”

“Dès qu’ils [ses compagnons de cellule] apprirent que j’étais un des “jeunes de la Révolution” [chabab al thaoura], ils se mirent à maudire la révolution: elle n’a pas permis de purger le ministère de l’Intérieur. J’ai passé mes deux premiers jours à écouter des histoires d’actes de torture perpétrés par une police qui refuse toute réforme, et qui se venge de sa défaite sur le corps des pauvres et des faibles.”

Beaucoup d’activistes et de ceux qui ont participé à la Révolution traversent un sembable moment de découragement. Les méthodes d’oppression (par la sécurité centrale, l’armée, la police, la propagande des médias) semblent revenir de plus belle. L’économie ne se porte pas mieux. Le système éducatif est toujours dans le même état. Les élections ne leur paraissent guère plus enthousiasmantes. A tel point que certains appellent à une seconde révolution pour le 18 novembre (ici, la page facebook qui indique en substance que les revendications sont unies vers la remise du pouvoir aux civils; l’événement est créé par la page facebook “deuxième révolution égyptienne de la colère “).

Aujourd’hui, mercredi 2 novembre, le Conseil suprême des Forces armées a indiqué que plus de 300 personnes condamnées par des tribunaux militaires seraient amnistiées, et leurs noms révélés plus tard. Mais toujours aucune mention n’est faite, ni d’Abedl Fattah, ni de l’autre bloguer emprisonné, Maikel Nabil.

Le blog d’Alaa (en arabe) est ici.

Une excellente vidéo et deux articles sur l’activiste (en anglais) sont à voir/ à lire sur Al Ahram et Al Masry Al Youm.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Egypte, révolution, torture